Afrique [s], Une autre histoire du 20e siècle – Acte 4 (1990-2010)- Les aventures chaotiques de la démocratie

Avec la fin de la guerre froide, de nouvelles perspectives s’ouvrent pour le continent africain. La décennie 1989-2000 est celle de l’emballement démocratique. Ainsi, entre 1990 et 1992, plus de vingt-trois pays passent au multipartisme. Par des élections libres, les figures historiques telles que Mathieu Kérékou au Bénin, Kenneth Kaunda en Zambie, Denis Sassou-Nguesso au Congo sont chassées de la scène politique et les peuples peuvent enfin prendre eux-mêmes leurs destins en main. Ce vent démocratique a même raison du régime d’apartheid en Afrique du Sud : Nelson Mandela, libéré après vingt-sept ans de captivité, accède au pouvoir. Mais, partout, les mauvaises gouvernances et les inégalités sociales demeurent. L’impatience et les frustrations des classes populaires se traduisent alors par des pillages et des violences en Côte d’Ivoire, au Bénin ou au Congo. A ceci s’ajoutent les rivalités ethniques et les régionalismes qui débouchent sur le génocide du Rwanda et sur des massacres au Liberia ou en Sierra Leone. A partir de 1998, en République démocratique du Congo, s’affrontent, directement ou indirectement, une demi-douzaine d’Etats, ce qui donne naissance à la première guerre inter-africaine. 

Dans les années 2000, succédant à l’OUA , la nouvelle UA (Union africaine) tente de gérer les crises qui secouent le continent. Plus que jamais, l’avenir de l’Afrique semble suspendu à l’espoir d’unification à l’échelle régionale et continentale.

ELIKIA M’BOKOLO, PHILIPPE SAINTENY, ALAIN FERRARI

Advertisements

3 réflexions sur “Afrique [s], Une autre histoire du 20e siècle – Acte 4 (1990-2010)- Les aventures chaotiques de la démocratie

  1. Mike Ross dit :

    Tout d’abord, je précise que je n’ai pas accès à la vidéo pour le moment.

    Votre dernière phrase me fait réagir! Qu’entendez-vous par unification au niveau régionale?

    A titre personnel, je pense que l’Afrique gagnerait à être plus divisée! Je m’explique: les frontières ont été dessinées sans aucun respect des peuples et des cultures, nombre de revendications identitaires se basent sur l’envie de créer un état/nation. D’ailleurs, si la démocratie est peu représentative (15% de participation au Congo, jusqu’à 42% en Algérie), c’est aussi parce que les peuples se sentent moins concernés.
    La création d’état fédéral fort permettrait aux peuples de se développer dans un plus grand respect des cultures. Le rôle des états seraient principalement d’assurer paix et tolérance ainsi que de jouer le rôle d’arbitre entre des régions quasi-indépendantes.

    Ce n’est qu’un point de vue personnel et je ne maitrise certainement pas les tenants et aboutissants du sujet.

    Qu’en pensez-vous?

    • Je vous en prie Monsieur Mike Ross ! Voici le lien http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=F_AWN3XY8Zg
      Il s’agit en fait de la présentation de l’acte 4 sur documentaire  » « Afrique [s], Une autre histoire du 20e siècle ».
      Moi personnellement je suis pour la création d’Etat Fédéral africain mais je pense que cette fédération doit nécessairement passer par l’unification régionale au préalable. Car si les pays que les africains sont incapables de s’unir sur le plan régional et dépasser leurs différences socio-politiques, culturelles et économiques ils ne pourront pas s’unir à l’échelle continentale. Il faut d’abord que les parties réussissent à fédérées pour que l’ensemble puisse avoir un avenir. Sinon nous ne verront pas seulement une guerre de désagrégation mais nous verrons pire, nous assisterons à une guerre entre des peuples frustrés, des leaders politiques des conflits d’intérêt dans tout l’espace africain. Les USA ont commencé par une confédération de 13 colonies et aujourd’hui ils ont réussi l’intégration. Il faut toujours commencer et réussir localement ainsi les autres adhéreront et le pari global sera atteint.

      • Mike Ross dit :

        On est bien d’accord. L’exemple du Mali avec l’échec de l’intégration des Touaregs en est le meilleur exemple. Et pourtant, nombre de leurs representants occupaient des fonctions politiques et militaires!

        Le sentiment d’appartenance ne s’achète pas mais il est essentiel. Votre comparaison aux Etats-Unis est intéressante. Vous pensez qu’une Afrique unie sous une seule et même barrière serait possible?

        Les Etats-Unis avaient l’avantage de commencer de quasiment zéro dans un pays vierge (vu qu’ils n’ont pas vraiment tenté d’intégrer les indigênes), l’Afrique a une histoire bien plus ancienne et les populations sont tellement différentes. Je ne suis pas sûr qu’on puisse un jour les voir sous un même drapeau.
        Mais pourquoi pas une union économique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s